Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites, pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d’intérêts, ainsi que des services de partage et pour optimiser les fonctionnalités du site.
Pour en savoir plus sur la protection de votre vie privée et paramétrer les traceurs.

Belle Poule  

LE PLUS NATIONAL

 -

 Classe B

-

 37,5 mètres

 

Si le nom de Belle Poule peut surprendre pour un navire, il a pourtant déjà été porté à au moins quatre reprises par une frégate de 30 canons de 1765, une autre de 40 canons en 1802, puis encore une autre de 60 canons en 1834. Cette dernière a été célèbre pour avoir assuré le retour des cendres de Napoléon Ier depuis Sainte-Hélène en 1840.

La Belle Poule en visite à Bordeaux est une goélette paimpolaise à hunier, achevée à Fécamp en 1932 appartenant à la Marine nationale. Elle est construite sur le modèle des goélettes islandaises, réputées pour leur coque « dure à la mer », qui, jusqu’en 1935 faisaient la pêche à la morue sur les bancs de l’Islande. Avec son sister-ship (navire-jumeau) l’Étoile, elle a rejoint les Forces Françaises Libres à Portsmouth durant la Seconde Guerre Mondiale. Ceci explique qu’elle d'arbore le pavillon tricolore frappé de la Croix de Lorraine, symbole de lutte contre la croix gammée. Aujourd’hui basée à Brest, la Belle Poule participe à la formation et à l'entraînement des officiers et officiers mariniers élèves chefs du quart, ainsi que des élèves des différentes écoles d'équipage de la Marine nationale.

Goélette paimpolaise à hunier
Brest

Comment le reconnaître ?
Le drapeau bleu blanc rouge n'est jamais loin et l'équipage est forcément en uniforme de la Marine nationale.

Le saviez-vous ?
C'est une histoire de presque 500 ans ! L'origine du nom Belle Poule remonterait au XVIe siècle, lorsqu’une jeune fille, déjà célèbre pour sa radieuse beauté, est choisie pour remettre les clefs de la ville au roi François 1er. Envoûté et charmé par sa grâce, le souverain la surnomme "le Belle Paule", en occitan Bella Paula, prononcé Bella Paoula. La dame fait tant rêver qu'un corsaire désireux d'emporter son image sur les flots, lui dédie son navire. C’est le début d’une longue série de voiliers nommés Belle Poule…